Le fleuve. 

Aéroport de Vancouver.

La chaine des Rocheuses est la 3è plus grande zone glaciaire au monde. 

1ère nuit à Whitehorse. Avec 8h de décalage horaire les réveils sont difficiles. 

Whitehorse : capitale du Yukon, environ 25 000 habitants, environ -20, -30° l'hiver et +20, +30° l'été. 

Whitehorse est une petite ville, très agréable .... l'été. Son camping possède un terrain en herbe, ce qui est très rare dans le Yukon. 

 

Préparation des sacs. Indispensable lorsqu’on part en autonomie totale pendant 8 jours.  

Le fleuve Yukon. Fleuve légendaire qui a fait fantasmer des milliers de chercheurs d'or et de lecteurs de Jack London.

L’origine du nom Yukon remonte au mot gwich’in Yu-kun-ah qui signifie « grande rivière ». Effectivement, le fleuve est large et très facile à naviguer. 

Plus de 65% du territoire est drainé par son réseau hydrographique.

1er camp. La corvée du bois. Pour éviter d'alourdir nos sacs, nous avions opté pour une scie en fil à couper le beurre avec des pointes en diamant. Ca pèse 20g et c'est très efficace sur des rondins d'une dizaine de cm de diamètre. 

Corvée d'eau. Nous avions choisi l'option du filtre à eau en céramique. C'est pratique et plus efficace que les pilules contre les particules en suspension, nombreuses dans le fleuve. Revers de la médailles : il faut pomper. Et pomper longtemps : comptez 2h pour 4l d'eau et un nettoyage fréquent du filtre.

Protection anti-moustique de base quand on constate que les produits made-in France sont peu efficaces. Pour info, il fait 27-28° et le port de la veste de montagne est assez inconfortable.

Les seuls produits efficaces sont ceux indiquant une quantité de 30% de DEET minimum. La fumée de feu de bois éloigne également les moustiques et limite leurs agressions mais à condition de s'y mettre dedans. Ce sont eux LES véritables bêtes sauvages du Canada. 

2h du matin. Au dessus de la latitude 60 nord, le jour est toujours visible en été. 

Chercheur d'or. L'Etat du Yukon est complètement troué de multitudes exploitations d'or. Le Yukon s'est fait connaître lors de la grnade ruée vers l'or de la fin du 19è siècle. Des milliers de chercehurs d'or se sont précitpités pour faire fortune. Des villes se sont construites en quelques mois et ont disparu aussi rapidement. 

L'or, avec le bois, est encore une des richesses de cette région. 

Le lac Laberge. 50km de long, 18 de large maximum. Le loueur a été très strict : "surtout longez la rive droite et ne vous aventurez pas au centre. En cas de vent, les vagues peuvent atteindre 1m de haut en un quart d'heure". Vérification faite. C'est vrai!

Sur les rives du lac Laberge se trouvent les vestiges de communautés amérindiennes. Ce site appartient à la communauté des Ta'an Kwach'än

Repas au bord du lac Laberge. 

Bain dans le lac Laberge. 

Falaises de sédiments laissés par la dernière glaciation. 

Repas avec la "spray bear" obligatoire à chaque moment du voyage. Il est également très fortement recommandé de cuisiner loin de la tente et avec des affaires ne servant qu'à faire la cuisine pour éviter les visites des ours dans les tentes. 

La communauté Hootalinqua. Ce site se situe à la confluence de la rivière Teslin et du fleuve Yukon. Cette région est traditionnellement occupées par des Amérindiens parlant la langue Tutchone du Nord. Lors de la ruée vers l'or de la fin du 19è siècle, des chercheurs d'or se sont installés sur les rives du fleuve afin de faire du commerce. En 1896, 100 mineurs étaient établis dans cette région. 

Ce panneau nous indique qu'au début du 20ème siècle, on trouvait sur ce site, un poste de police et toute une administration afin de gérer la communauté des mineurs de Livingstone. 

Juste à côté, on trouve un bateau à aube échoué là dans les année 1930 et qui servait à commercer avec les mineurs de la région. 

Sur les rives du Yukon, on trouve également de nombreuses cabanes des pécheurs de saumons. La structure à gauche permet de faire sécher les poissons. 

Les paysages aux abords du fleuve sont assez monotones. Le loueur nous avait pourtant dit qu'on allait faire "ouaah"!. Mais il n'est jamais venu dans les Gorges de l'Ardèche ce monsieur. 

Les paysages de forêts et de forêts brulées rythment les rives du Yukon. 

Petite sieste réparatrice. 

Camper sur les iles du fleuve est à privilégier car il y a plus de vent et donc moins de moustiques. Cela permet également de mieux surveiller les environs. 

Camper sur les iles du fleuve est à privilégier car il y a plus de vent et donc moins de moustiques. Cela permet également de mieux surveiller les environs. 

Roches sédimentaires. 

Cimetière de Little Salmon. 

Camping de Carmacks. Fin de notre voyage en kayak. Nous voulions au début nous rendre à Dawson City, soit 1 semaine de canoë supplémentaire. Mais des problèmes de santé et surtout, l'ennui face aux paysages et aux morsures des moustiques nous a fait stopper le voyage plus tôt que prévu. 

Ce canoë ne part que pour 3 jours. 200kg de chargement pour 2. Les Canadiens ne font rien à moitié. 3 glacières remplies de canettes de bières sont du voyage. Une autre façon de voir le Yukon et de s'y faire plaisir. 

Motel à Haines Junction.

Après notre randonnée sur le fleuve, nous sommes partis pour le Kluane Park. 

C'était ce motel ou un terrain de camping pourri au milieu de déchets et entouré de camions et de camping cars. 

"Notre dame de la route", église catholique de Haines Junction, construite dans un container métallique coupé dans le sens de la longueur. 

L'Alaska Highway. En route vers le Kluane Park et vers le nord. 

Paysage de forêts brulées. Les incendies géants se déclenchent fréquemment dans le Yukon et permettent de régénérer la flore. Sur cette photo, toutes les montagnes ont subi l'incendie. 

Ancienne station service sur l'Alaska Highway. 

Le lac Kluane. Ce terme signifie "Lac très poissonneux" en langue Tutchone du Sud. 

Camions en provenance de l'Alaska et transportant du bois. 

La Alaska Highway. Le Kluane Park est à droite sur l'image. Le park est constitué à 80% de montagnes et de glaciers et comprend la plus haute montagne du Canada, le Mont Logan, 5959m. 

Le lac Kluane vu du camping. Ce camping est un havre de beauté en comparaison des autres campings de la région. Mais c'est aussi un lieu régulièrement visité par les ours. Un grizzli avait mangé les géraniums de la patronne 1 mois auparavant. La "spray bear" est donc obligatoire en toute occasion. 

Préparation du sac pour 3 jours de randonnée. Sans guide, la randonnée que nous nous apprêtons à faire est la seule randonnée facile possible dans ce park. Aucune carte n'est disponible sauf des grandes cartes géologiques intransportables.

La boîte noire sur le banc est la "bear box", boîte dans laquelle il est fortement conseillé de mettre sa nourriture. C'est lourd et encombrant mais les autorités du park la rende obligatoire. 

Départ pour le Kluane Park. 

La voie d'entrée dans le Kluane Park est une ancienne morraine glacière au fond au centre de l'image. Les points verts près des points blancs sont les baraques de l'administration du park. C'est là qu'on vous délivre le pass pour pouvoir randonner dans le park. On vous demande également les couleurs de vos vestes et de vos sac à dos. Le parcours que nous avions choisi et pour lequel nous avions obtenu un plan dessiné sur une feuille A4 comme une vieille carte au trésor, durerait 3 jours. Il est obligatoire de se signaler au retour sinon les secours sont déclenchés. 

"Savez-vous franchir un cours d'eau"? nous demanda un des guides du park. "Non, pourquoi?" Naïfs, nous étions très naïfs.

Aah le Kluane Park! "Sanctuaire de la vie sauvage" indique le site du park. Le rêve. Pas de carte de la région (juste un plan dessiné), des chemins utilisés par les anciens chercheurs d'or et qui disparaissent avec le temps, peu de repères habituels (kern, traits de couleurs). La vraie vie sauvage quoi! On y trouve des ours (bruns, noirs, grizzlis), des loups, des aigles et .... des moustiqes. 

Mais cette fois-ci, nous étions équipés: produit anti-moustiques contenant 30% de DEET, et moustiquaire de visage. La meilleure combinaison contre les moustiques. 

1ère trace d'ours. 

Dernière photo avant l'accident. En traversant une rivière, ma compagne s'est faite emportée avec son sac à dos par le torrent et une vague a noyé l'appareil photo. Bien sûr, j'ai privilégié ma compagne qui était en train de se noyer. Fin de l'aventure dans le Kluane Park. Bonne décision car, nous l'avons appris peu de temps après, l'endroit où nous devions dormir le soir même était "occupé" par 2 ours noirs, une ourse brune et son petit et un grizzli.

En revenant au camping, quelques centaines de mètres avant les baraques du Park, des observateurs à jumelles nous ont appris que nous étions passés à quelques mètres de 3 grizzlis cachés derrière des buissons. La vraie vie sauvage quoi...